Apple fait l’objet d’un recours collectif pour des problèmes d’affichage sur le MacBook M1

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on whatsapp
WhatsApp

Apple n’est étranger à aucune action en justice à son encontre. Et cela, malheureusement, inclut les recours collectifs intentés contre lui par ses propres clients. Cela se produit généralement lorsqu’il s’agit de problèmes perçus avec les pratiques commerciales d’Apple et/ou de problèmes matériels avec ses appareils. Ce qui est également le cas cette fois-ci.

Tel que rapporté aujourd’hui par AppleInsider, Apple fait face à un recours collectif qui couvre une variété de plaintes différentes, mais elles découlent toutes de problèmes d’affichage potentiels. Le procès a été déposé cette semaine dans le district nord de la Californie et allègue qu’Apple a soutenu des efforts de marketing faux et/ou trompeurs avec les MacBook Air et M1 MacBook Pro équipés de M1. En plus de cela, le procès allègue qu’Apple a adopté des pratiques commerciales frauduleuses, une mauvaise conduite concernant le support client et a finalement violé le droit de la consommation.

La plainte a été déposée par des clients qui ont été touchés par des problèmes d’affichage avec leur MacBook Air M1 ou MacBook Pro M1.

Le rapport original note qu’un cabinet d’avocats connu sous le nom de Migliaccio & Rathod a enquêté sur ces réclamations faites par des clients rencontrant des problèmes. Apparemment, cette enquête a conduit à la découverte que les écrans de ces nouveaux ordinateurs portables sont facilement cassables, ce qui les rend inutilisables. Il y a beaucoup de clients, du moins cités dans le procès, qui disent que leurs écrans ont « soudainement craqué » ou qu’ils affichent de grandes barres noires.

Les utilisateurs disent que ces problèmes n’ont pas été causés par eux, mais allèguent plutôt qu’il s’agit d’un défaut matériel dont Apple est sûrement au courant et, malgré cela, vend toujours le matériel potentiellement dysfonctionnel aux clients. C’est ici qu’Apple se heurte aux efforts de marketing, où le procès allègue qu’Apple facture les écrans du MacBook Air M1 et du MacBook Pro M1 comme étant « premium » et durables, entre autres.

Par le procès :

Ces problèmes surviennent souvent lorsque les ordinateurs portables de classe sont fermés ; de nombreux propriétaires d’ordinateurs portables de classe ont signalé qu’ils avaient d’abord observé des fissures et/ou un dysfonctionnement de l’affichage lors de l’ouverture de leurs appareils à partir d’une position fermée. D’autres rapportent que leurs écrans se sont fissurés lorsqu’ils ont ajusté l’angle de vision de l’écran de manière ordinaire. Un consommateur raisonnable ne s’attendrait pas à ce qu’une telle activité endommage son appareil, et encore moins provoque un affichage obscurci et/ou une fissure de l’écran qui altère sa fonctionnalité.

Le procès indique qu’Apple ne fait pas assez d’efforts pour remplacer ou réparer ces écrans dysfonctionnels lorsque les clients signalent le matériel défectueux à leur attention. Même quand ils sont encore sous garantie. Le procès indique que les clients se voient proposer des coûts de réparation élevés, laissant aux clients le soin de supporter le fardeau de la réparation. Certains clients disent que leur facture de réparation s’élève à 615 € pour résoudre ces problèmes, qui, selon eux, devraient être couverts par Apple car il s’agit de défauts matériels.

Le procès poursuit en disant qu’il s’agit d’une boucle sans fin dans son état actuel, peu importe si un client fait réparer son écran ou non. C’est parce que si le nouvel écran est de la même qualité que l’ancien qui s’est cassé, alors il semblerait que ce ne soit qu’une question de temps avant que le nouveau matériel “défectueux” ne se brise également. Ce qui, si un client est obligé de réparer continuellement l’équipement de sa poche, pourrait être astronomiquement coûteux.

Dans une tournure des événements quelque peu intéressante, le procès dans son état actuel ne cherche pas réellement à ce qu’Apple verse des dommages-intérêts, ni même une compensation monétaire pour les plaintes déposées contre l’entreprise. Au lieu de cela, le résultat recherché indique qu’Apple devrait “corriger, réparer, remplacer ou autrement rectifier [its] pratiques illégales, déloyales, fausses et/ou trompeuses. Le procès estime également qu’Apple devrait supprimer le “faux marketing” concernant la qualité de ses écrans tels qu’ils sont actuellement.

À compter du 30 août, Apple dispose de 30 jours pour résoudre les problèmes présumés avec les écrans et s’adresser aux clients. Si Apple ne le fait pas et que la poursuite avance, elle demandera alors des dommages-intérêts et une compensation monétaire à Apple.

Si vous avez un MacBook Air ou un MacBook Pro M1, avez-vous rencontré des problèmes d’affichage ?

Récent Postes

Suivez nous

Inscrivez-vous à notre newsletter

REJOIGNEZ-NOUS:

16 avenue du pont Blois, Loir-et-Cher 41000 France

NOUS ACCEPTONS: